Les histoires de consommateurs démunis face à des professionnels sans scrupules sont malheureusement légion.
Pour les milliers de Français qui démarrent des travaux chaque année, ces derniers riment encore trop souvent avec malfaçons ou retards de livraison.
De profondes déconvenues qui peuvent mener à une véritable détresse aussi bien financière que psychologique.
Récemment, France 2 a diffusé son émission Envoyé Spécial sur le thème des chantiers de construction qui ont mal tourné : « Ma vie en chantier ». Plus que PRO fait le point sur ces abus de professionnels malhonnêtes et les moyens de s’en protéger.

3 portraits de consommateurs désorientés

Retrouvons d’abord Martine, qui a procédé à la vente de sa maison suite au décès de son mari. Elle a alors décidé d’acheter un appartement neuf sur plan.
Après le versement de 70 000 euros d’acompte et un an d’attente, le chantier, mené de façon désastreuse, est à l’arrêt. Pour elle, « le nouveau départ s’est transformé en cauchemar ».
En attendant de pouvoir investir son nouveau « chez elle », elle a déjà dépensé 7 000 euros de loyer. Malheureusement, aucune clause concernant les indemnités de retard n’était inscrite dans le contrat. Autre découverte stupéfiante : malgré la légalité de la démarche, le programme immobilier a été revendu.

Coralie et Stéphane, de leur côté, ont contracté un prêt de 200 000 euros pour la construction de leur maison. Jusque-là, rien d’anormal. Seulement, un an après sa sortie de terre, cette dernière est recouverte de fissures. En cause : l’étude de sol qui n’a pas été réalisée. Elle aurait pourtant pu permettre de constater la présence d’argile et donc la nécessité de réaliser des fondations plus robustes. Le coût des réparations s’élève à 30 000 euros, ni le constructeur, ni l’assureur ne veulent assumer.

Enfin, Pauline et Jean-Charles nous font vivre la construction de leur maison de 120 mètres carrés pour un montant de 170 000 euros. Selon Pauline : « La construction, ce n’est que du stress et de l’angoisse ».
Ils ont dû se rapprocher d’un expert en bâtiment pour constater les malfaçons, qui sont d’ampleur : souplesse des plaques de plâtre et isolant mal posé.
Pour l’expert, il s’agit d’une « malfaçon typique d’un travail bâclé ». Il précise : « le constructeur va vous vendre la maison au plus cher et va la faire construire au moins cher ».

S’en remettre à la justice est parfois le seul moyen pour ces consommateurs désabusés de s’en sortir, malgré un processus long et coûteux. In fine, ce ne sont pas moins de 30 000 contentieux entre propriétaires et constructeurs qui transitent par le tribunal chaque année.

Protéger les consommateurs face aux artisans peu scrupuleux : la raison d’être de Plus que PRO et Balance ton Bricolo

Engager des travaux représente un lourd investissement financier et les propriétaires ne peuvent se permettre de subir le manque de professionnalisme de certaines entreprises. Plus que PRO se positionne alors comme un véritable protecteur des consommateurs. Sur son site, ces derniers peuvent choisir des artisans membres du réseau des Meilleures Entreprises de France sur la base de leurs avis clients contrôlés.
Autre gage de confiance : les adhérents ont fait l’objet d’une enquête financière ; un moyen concret de réassurance pour faire appel à un professionnel en toute sérénité.

Voir le site Plus que PRO

Balance ton Bricolo, filiale du groupe Plus que PRO, a en outre récemment lancé son site pour permettre aux consommateurs abusés de partager leur expérience avec pour objectifs :

  • d’empêcher le prestataire peu vertueux de continuer à agir ;
  • de ne plus être seul et démuni face à un préjudice et de bénéficier de conseils d’experts

Parmi les points essentiels abordés par le site pour choisir une entreprise : vérifier sa santé financière, la qualité de ses assurances et la satisfaction contrôlée de ses clients.

Voir le site Balance ton Bricolo